Au commencement

Était le néant

Un silence assourdissant

Pas un bruit, pas un mouvement

Une goutte d'eau, perle de sel

Brillante et belle, illumina le visuel

De ce sombre froid cruel

Et cet incroyable goût de miel 

Vint nourrir l'abîme

Une à une, existentielles

Inondèrent le ciel

De larmes sublimes

Ainsi naquit l'azur

Ce bleu intense et pur

Qui couvrit sans rature

Le monde d'une couverture

Merveilleuses étincelles

Que celles qui viennent du ciel

Édifiant notre chakra temporel

Ciel et terre en ligne fusionnelle

Mais la bête sortie de l'ombre

Jugeant bon négliger cette ronde

Les larmes de l'univers, furibondes

Céleste atmosphère, secondes après secondes

Auront tôt fait de recouvrir cette mappemonde

Retournant au néant, en l'espace d'un instant

D'un silence assourdissant, si ce n'est...

Le vague à l'âme d'une autre réalité !

 

-Ø-

 

LD © Elea Laureen

Tous droits réservés

DPP 6065 - 35859

 

Support Photo Océan #Pexels sur Pixabay

Retour à l'accueil