Les secondes passent doucement

Le regard perdu inlassablement

Sur l'horizon d'un jour naissant

Les minutes s'écoulent au fil du temps

Et tout se bouscule, envahissement !

Dans la tête, c'est la dérive

Sous l'abondance, c'est la crise

La démesure est abusive

Alors perlent les larmes émotives

Il n'y a pas d'autre alternative

Prendre le large, laisser aller

S'isoler pour se préserver

Penser à soi n'est pas pécher

Panser ses blessures et cicatriser

Pour se sentir enfin léger

Quand la houle se lève

Il faut faire une trêve

Laisser les heures prendre la relève

Pendant que le corps en grève

Se nourrit de sa sève

Ancré dans cet univers

Les larmes purifient les idées amères

Derrière les paupières

L'aube d'une jolie clairière

Où de ma plume, j'irai vers d'insolites frontières

Dans la vie, il y a des hauts et des bas

Dans le silence se mesurent les combats

Sur la toile, chacun de vous me côtoie

Mais au final, on partage tous ces émois

Le cœur en bannière, j'ose affronter le frimas
 

-Ø-

31.07.2019 © Elea Laureen
Tous droits réservés
DPP 6020-35707

"Dans la vie, nous ne pouvons échapper au changement et à la perte. La liberté et le bonheur sont à la mesure de la souplesse et de l'aisance avec laquelle nous accueillons le changement"

~ Bouddha ~

Retour à l'accueil